Vous êtes dans : Accueil > ACTUALITÉS > Métro 11 de Rosny à Noisy-Champs : une mobilisation d’ampleur

Métro 11 de Rosny à Noisy-Champs : une mobilisation d’ampleur

200 élus se sont réunis pour le prolongement de la ligne 11 du métro de Rosny-sous-Bois à Noisy-Champs hier soir jeudi 17 mai 2018, à Neuilly-sur-Marne. Retour sur un événement d’envergure.

Un événement qui marquera la mobilisation pour le prolongement du métro de Rosny-sous-Bois à Noisy-Champs ! 200 élus se sont réunis, ce jeudi 17 mai 2018, dans le grand amphithéâtre de l’institut de formation interhospitalier Théodore Simon dans le parc de Maison Blanche. Le président du Territoire, ses vice-présidents-maires, les conseillers municipaux des 14 villes et au-delà, de Champs-sur-Marne et Est Ensemble, du Conseil départemental, des Députés et Sénateurs, ont répondu présent. Tous ont exprimé leur volonté forte et leur détermination de voir le dossier inscrit à l’agenda du gouvernement.

Mobilisation élus (Agrandir l'image).

 

Après une photo emblématique des élus devant le château de Maison Blanche, écharpe tricolore en bandoulière et banderole dans les mains, les prises de parole se sont succédé pour démontrer les enjeux de cette infrastructure de transport au cœur du territoire.

Mobilisation élus métro 11 (Agrandir l'image).

«Le tronçon de la ligne de métro allant de Rosny-sous-Bois à Noisy-Champs était un engagement du décret initial créant le Grand Paris Express, en 2011. L’engagement doit être respecté ! » a exprimé Michel Teulet, Président de Grand Paris Grand Est - Maire de Gagny. Poursuivant en s’adressant au Président de la République : « Monseur le Président, vous souhaitez faire des transports du quotidien votre priorité. Et bien, vous et nous, même combat !» 

«Le métro est un impératif aussi pour fluidifier le trafic du RER A, le réseau routier ou de bus. Des infrastructures vieillissantes, saturées, et qui le seront encore davantage dans les dix prochaines années. Bref, le métro est vital, il faut simplifier la vie des habitants», a détaillé Claude Capillon, vice-président de Grand Paris Grand Est en charge des transports - Maire de Rosny-sous-Bois.

Jacques Mahéas, vice-président du Territoire - maire de Neuilly-sur-Marne, est particulièrement concerné. «Nous ne sommes pas là pour faire l’aumône, nous réclamons simplement ce qui a été promis. L’accessibilité est une nécessité pour la vie et le développement de notre commune». «Nous accueillons mille étudiants dans cet institut Théodore Simon, leur faciliter l’accès est indispensable», a témoigné la directrice de l’école hôte de l’événement suivi de la directrice générale de l’établissement public hospitalier Ville Évrard qui s’est fait l’écho de la «nécessité de rendre le service public encore plus accessible, pour les patients et pour le personnel.» Pour appuyer la démonstration, Jean-Michel Genestier, vice-président en charge du développement économique - Maire du Raincy, a insisté sur les conséquences «sur l’emploi et l’insertion et sur l’avenir tout entier du territoire.» 

mobilisation métro 11 - discours (Agrandir l'image).

Les élus présents interpelleront donc officiellement Edouard Philippe, Premier ministre, dans un courrier qui sera adressé dans les tout prochains jours. Un rendez-vous devra permettre d’obtenir des éléments de clarification sur la volonté de l’État de réaliser ce tronçon, préciser les conditions de réalisation, le calendrier et les financements.

La mobilisation est totale. Une pétition a été lancée et recueille d’ores-et-déjà 5000 signatures. Une association de soutien verra le jour avant l’été. Grand Paris Grand Est est entièrement engagé sur ce dossier.

 

JE SIGNE LA PÉTITION

 

RAPPEL 

5 villes desservies :

Rosny-sous-Bois / Villemomble / Neuilly-sur-Marne / Noisy-le-Grand / Champs-sur-Marne.

 

Trois nouvelles stations :

Villemomble / Neuilly-Fauvettes / Neuilly-Hôpitaux.

 

Le projet est bel et bien au point mort ! Les élus, les habitants, les entreprises, les promoteurs immobiliers attendent la ligne 11 du métro, prolongée des Lilas à Noisy-Champs. Problème : si le dossier a réussi à bien avancer pour relier Les Lilas à Rosny-sous-Bois, commune membre de Grand Paris Grand Est, la suite du parcours semble bien incertaine. Pourtant, c’est un tronçon qui doit impérativement voir le jour !

Qui doit, car le projet est acté. Le décret du 24 août 2011 approuve le schéma d’ensemble du nouveau réseau de transport en commun du Grand Paris. Dans ce texte signé par le Premier ministre, sont présentées la ligne 

« rouge », faisant le tour de Paris, du Bourget à la Défense en passant par Clichy/Montfermeil, Noisy-Champs, Villejuif ou Sèvres, la ligne « verte » côtés Saclay et Versailles et la ligne 14 prolongée. Et la ligne «orange» au départ de Nanterre avec deux tronçons à l’Est : l’un longe le RER E, une liaison Rosny-Bois-Perrier-Champigny Centre, le second relie Rosny-Bois-Perrier à Noisy-Champs.

Une enquête publique en 2013 démontre l’attente suscitée par la ligne «orange». Puis, les noms de lignes colorées disparaissent au profit des chiffres. Le projet du Grand Paris Express nait. Apparaissent les lignes 15, 16, 17 et 18. De Saint-Denis à Champigny, la ligne « orange devient le Métro 15-Est. Si ses avantages sont évidents : soulager à la fois le RER A et la ligne 15, desservir des secteurs à fort potentiel de développement, sa mise en œuvre va être ralentie. 

Mais...

En 2013, Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre, pour optimiser les coûts et réduire le délai de mise en service, commande trois études visant à déterminer la faisabilité d’une reprise de ce tronçon du Grand Paris Express par la ligne 11, prolongée de Rosny-sous-Bois à Noisy-Champs : la possibilité de reprise de ce tronçon par la 11, l’opportunité de cette substitution et la diminution des coûts de cette option. Les études tardent.

Le wagon a lâché le reste du convoi… Le Grand Paris Express, dont l’autre tronçon, Rosny-Bois-Perrier>Champigny Centre, intégré au projet d’ensemble de la ligne 15, est déclaré d’utilité publique. 

Le STIF lance les études de prolongement de la ligne 11 de Rosny à Noisy en parallèle de l’enquête publique sur le premier prolongement, Lilas>Rosny-sous-Bois, pour ne pas retarder ce projet initial. Quatre ans d’études, de 2013 à 2017. La conclusion : le projet n’est pas rentable. Mais deux éléments à noter : 1. Ce n’était pas la question initiale de Jean-Marc Ayrault. 2. L’intérêt du tronçon doit se calculer en l’intégrant à l’ensemble du projet, tel que ce fut le cas pour le tronçon Rosny-Bois-Perrier>Champigny Centre.

Ce tronçon du Grand Paris Express doit donc voir le jour comme prévu initialement. 

Quelles conséquences si rien ne se fait ? De nombreux projets immobiliers et zones d’activité, pourraient en pâtir : les projets « Maison-Blanche » et Ville-Évrard à Neuilly-sur-Marne avec 7000 logements, plus de 2000 logements prévus à Villemomble, près de 3000 à Champs-sur-Marne, un PRU des Fauvettes et 150 millions d’euros investis, les ZAC de Noisy-le-Grand,... autant de projets dont l’existence même pourrait être remise en cause. L’État impose la construction de logements, cela doit aller de paire avec des infrastructures de transport modernes et qualitatives. Neuilly-sur-Marne, qui ne compte pas de gare sur son territoire, illustre cette nécessité.

Sans oublier les difficultés pour accéder à la Cité Descartes à Champs-sur-Marne ou les perturbations sur le RER A... Tout cela du fait d’un imbroglio administratif…

Grand Paris Grand Est s’investit pour l’amélioration des transports sur son territoire. Le prolongement du tramway T4 jusqu’à Clichy-sous-Bois/Montfermeil en est un exemple marquant de même que son engagement pour le respect du calendrier de réalisation des lignes du Grand Paris Express. Sans oublier le TZen3 devant desservir les Pavillons-sous-Bois.

Brochure de présentation (pdf - 245,15 ko)

Partager cette page :

  • facebook
  • google
  • linkedin
  • live
  • myspace
  • twitter
  • viadeo
  • yahoo